Le chemin vers le développement durable

Rapport LRQA suite à la Conférence sur le développement durable dans l'agroalimentaire (29-30 janvier 2014, Berlin)

La deuxième journée du sommet ENG 2014 sur le développement durable dans l'agroalimentaire a été marquée par les interventions de grandes marques internationales particulièrement influentes : Carlsberg, McDonald's, Coca-Cola et Mondelēz ont notamment apporté leur contribution avant l'heure du déjeuner.

Durant le 2ème jour l’attention s’est porté sur les thèmes de l'intégration, la collaboration, l'harmonisation, les systèmes de management et la transparence, des sujets conduits en fil rouge par le thème récurrent de la « transition vers le développement durable » emprunté par ces conglomérats.

La collaboration et l'importance des systèmes de management étaient au centre des présentations de Carlsberg et de Coca-Cola, qui ont souligné le rôle clé de l'engagement des fournisseurs.

Carlsberg a également introduit la notion d'intégration : son approche en système de management constitue en effet l'élément central de sa stratégie de management des risques, et ce, pour l'ensemble de sa chaîne d'approvisionnement. David Burgess, Directeur qualité du Groupe chez Carlsberg, a souligné la pertinence d'une remarque formulée par The Forest Trust lors de la première journée, à savoir que « qualité et durabilité des produits ne faisaient qu'une ». Il a également évoqué certaines initiatives déployées par Carlsberg, notamment le projet  « cradle to cradle » (baptisé aussi The Carlsberg Circular Community). Le cadre de conception de ce projet vise à optimiser les produits Carlsberg, et concerne de nombreux fournisseurs d'emballages, notamment des entreprises de verre, de plastique et de carton.

« Un système de management intégré nous permet de capturer et de diffuser les meilleures pratiques partout dans l'organisation », assure David Burgess. « Ce système prouve notre engagement en matière de développement durable tout au long de notre chaîne d'approvisionnement, et envoie un message fort à nos partenaires. La question de la durabilité est inscrite dans nos gènes, et nous la prenons très au sérieux. »

McDonald's Allemagne a souligné son approche en matière de développement durable ainsi que l'emploi des directives G4 de l'indice GRI (Global Reporting Index, indicateur de reporting mondial) comme principe directeur. McDonald's Allemagne a évoqué son interprétation de ces directives ainsi que la manière dont celles-ci se traduisent en initiatives durables sur sa chaîne d'approvisionnement, laquelle est principalement basée en Allemagne. Cette approche locale permet à McDonald's d'établir des relations de travail étroites avec les agriculteurs et d'autres fournisseurs, dans le but de garantir une qualité optimale des produits. 

McDonald's se tourne également vers la technologie et l'éducation, et propose des applications et des documents téléchargeables destinés à définir la notion de durabilité dans le secteur de la restauration.

Tom Armitage, Directeur de la communication chez Mondelēz Europe, a confié l'histoire du développement durable au sein de son organisation.  Mondelēz International (souvent considérée comme une « start-up de 35 milliards de dollars ») possède quelques marques parmi les plus réputées au monde telles que Cadbury. Son approche en matière de développement durable est centrée sur quatre principaux aboutissements, conçus pour générer de la croissance :

  • Des snacks conçus avec attention
  • Des ressources et une agriculture durables
  • Une sécurité garantie pour les produits et les personnes
  • Des partenariats avec les collectivités

Tom Armitage a expliqué que l'agriculture est le secteur ayant le plus d'influence sur la chaîne d'approvisionnement de Mondelēz ; 90 % des prévisions de croissance de la population mondiale pour 2050 (laquelle atteindra alors 9 milliards de personnes, contre 7 milliards aujourd'hui) devraient concerner les pays en voie de développement. Rappelons que Mondelēz est l'un des plus grands acheteurs internationaux de café et de cacao certifiés dans le monde.

« La garantie de notre approvisionnement passe par une augmentation de 50 % de la production agricole. La croissance de la production alimentaire dépendra des hausses de productivité » a déclaré Tom Armitage. Déjà évoquée dans les médias, la menace de pénurie de cacao risque d'entraîner, en l'absence de toute intervention, un déficit d'un million de tonnes d'ici 2050. 

Tom Armitage résume la stratégie de Mondelēz en matière de développement durable en ces termes : « Identifiez les priorités sur lesquelles votre organisation peut sérieusement se pencher, fixez des échéances et communiquez votre ambition, puis communiquez et nouez le dialogue, en interne et en externe, afin d'inviter d'autres acteurs sur le chemin. »

L'utilisation d'ambassadeurs de marque internes pour véhiculer le message de développement durable a constitué un thème récurrent lors de cette conférence. Mondelēz et Kellogg's, entre autres, ont mis en lumière les relations entre leurs stratégies de développement durable et leur engagement avec les acteurs internes et externes.

Quelle que soit la manière dont ces stratégies sont déployées, il paraît évident que le chemin de l'entreprise vers le développement durable est à la fois long et exigeant en termes d'engagement, de vision et d'objectifs précis. Réunis à Berlin, les plus grands fabricants et détaillants agroalimentaires du monde ont clairement démontré que leurs objectifs stratégiques s'alignent sur leur approche en matière de développement durable. Ils ont ainsi offert ainsi au public le sentiment que le chemin vers le développement durable sera une réussite.

LRQA sera présent à la GFSI Global Food Safety Conference (Conférence internationale sur la sécurité des denrées agroalimentaires de la GFSI), à Anaheim (États-Unis), du 26 au 28 février 2014. Venez rencontrer nos spécialistes de la sécurité des denrées agroalimentaires au stand F1.